La Science Ouverte

La politique de l’université en faveur de la Science Ouverte constitue l’un des axes essentiels de sa politique de recherche. Elle résulte d’une volonté forte de s’inscrire dans ce mouvement national et européen. Elle se manifeste par une action impliquant l’ensemble de ses membres et est accompagnée des multiples actions individuelles de ses composantes ainsi que par une politique de site en collaboration avec l’Université de Bordeaux.

La Science Ouverte, une dynamique internationale  

 

La marche vers la Science Ouverte s’inscrit dans un mouvement international et passe par des politiques volontaristes. Dès 2001 (initiative de Budapest), puis 2004 (déclaration de Berlin), des manifestes fondateurs en faveur du libre accès à la connaissance sont signés par des chercheurs et laboratoires du monde entier. C'est surtout à partir des années 2010 que les politiques publiques prennent le relai et s'engagent pleinement dans le soutien à la Science Ouverte.

 

L’Union Européenne encourage la Science Ouverte, que ce soit par l’appel d’Amsterdam (septembre 2016) ou par l’obligation du libre accès aux publications pour les projets entrant dans le cadre du programme Horizon 2020. Cette orientation trouve son plein accomplissement avec le "plan S" qui prévoit une généralisation du libre accès fin 2021.

La France, avec la Loi pour une République Numérique (septembre 2016), prévoit le libre accès aux publications scientifiques financées par la recherche publique, grâce au droit dévolu aux chercheur·e·s de diffuser leurs articles sous format ouvert et par voie numérique après un embargo de 6 à 12 mois selon les disciplines, quel que soit le contrat passé avec un éditeur. En juillet 2018, la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal a annoncé les axes d’un plan national « Science Ouverte », en neuf mesures visant à mettre en place les conditions du développement d’une science ouverte en France. A partir de 2019, le comité pour la Science ouverte (CoSO) devient l’instance nationale de pilotage de la politique française en matière de science ouverte.

 

La Science Ouverte à l’université Bordeaux Montaigne

 

L’Université Bordeaux Montaigne entend appliquer ces politiques en faveur de la Science Ouverte au niveau local. Elle s’efforce ainsi de répondre au mieux à sa mission en faveur de l’information scientifique et technique. Ainsi, le libre accès et ses pratiques ont fait l’objet d’échanges réguliers au sein de la Commission Recherche depuis 2017. Le 6 mars 2018, un vote du Conseil d’Administration en faveur de l’Appel de Jussieu a été un premier temps fort de cet engagement.

Lire la déclaration sur la Science Ouverte (Commision de la Recherche - Université Bordeaux Montaigne, 19 septembre 2019)


Cet engagement se traduit dans trois actions concrètes engagées dès 2018 :

  • L’incitation au référencement systématique et au dépôt des publications de recherche de l’université dans HAL
  • Le choix de modalités ouvertes de diffusion qui faisait jusqu’à présent l’objet d’une notification sera désormais pris en compte parmi l’ensemble des critères d’attribution d’aides par l’établissement aux projets de recherche ou au financement des publications
  • Un état des lieux et des études préalables pour la mise en place d’un service dédié à la gestion et la mise à disposition des données de la recherche produites au sein de l’Université, dans le respect du modèle FAIR (facile à trouver, accessible, interopérable, réutilisable)

A travers sa Direction de la Recherche et son Service Commun de la Documentation (SCD), l'université s'engage à accompagner la communauté universitaire vers la Science Ouverte grâce à un ensemble de services [liens à ajouter].

Trois principes défendus par l’université Bordeaux Montaigne déterminent cette politique et colorent sa vision particulière de la Science Ouverte :

  • La volonté d’accompagner l’ensemble de la communauté universitaire vers la Science Ouverte, quelle que soit la familiarité du chercheur·e avec les concepts qui la sous-tendent et son unité de recherche d’appartenance (UMR et équipes d’accueil), qu’il soit doctorant.e ou professeur.e
  • Le principe de bibliodiversité : encourager différentes voies pour aller vers le libre accès aux publications et ménager la possibilité pour le chercheur·e de choisir librement son éditeur, dans toute la diversité des modèles éditoriaux et économiques
  • Une meilleure visibilité des publications sur le Web qui passe notamment par un travail sur le référencement des revues locales et des publications de ses chercheur·e·s dans les bases de données documentaires et bibliométriques, pour une meilleure prise en compte des sciences humaines et sociales dans l'identification de la production scientifique à l'échelle nationale (HCERES) et internationale.

Une politique de site à l’échelle de Bordeaux

 

Parallèlement à la création de son propre portail HAL, l’université Bordeaux Montaigne intègre la politique de site en matière de science ouverte à l’échelle de Bordeaux en participant, en partenariat avec l’université de Bordeaux, au développement d’une archive ouverte institutionnelle bordelaise, OSKAR Bordeaux. Une interopérabilité sera assurée entre ce projet et HAL ; les publications qui seront déposées pour l’université Bordeaux Montaigne seront visibles dans l’archive institutionnelle bordelaise.

 

En savoir plus : des exemples de projets « Science Ouverte » à l’université Bordeaux Montaigne

 

La science ouverte est aussi pratiquée à l’université Bordeaux Montaigne dans le cadre d’initiatives individuelles ayant intégré la mise en libre accès des données et des publications :

-        A ces initiatives individuelles liées à des projets de recherche s’ajoute un soutien à la « voie dorée » (publication dans des revues en libre accès) par :

 

Liens utiles

 

Julie Duprat. Les données de la recherche à l’Université Bordeaux Montaigne : Synthèse d’une enquête qualitative auprès des chercheurs. Université Bordeaux Montaigne. 2019. Lire en ligne.

Site "Ouvrir la Science", site national officiel sur la science ouverte

Interview de Marin Dacos, chargé de mission Science Ouverte auprès du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche

Site Open Access du consortium Couperin

S'inscrire à la newsletter Open Access du Service Commun de la Documentation de l'Université Bordeaux Montaigne